4 points importants pour réussir sa campagne Ulule

D'autres trucs

D'autres trucs

Quel auteur de BD n’a jamais rêvé de voir son histoire exister au format papier ? Et si une campagne Ulule était la solution ? Si vous êtes un habitué de Mangakoaching, c’est une idée à laquelle vous avez sans doute déjà pensé.

Pour lancer leurs projets sans danger et éviter d’avancer les frais, de plus en plus d’auteurs indépendants se tournent vers le financement participatif. Et si vous y pensez aussi, ça tombe bien : c’est le sujet de l’article d’aujourd’hui !

Le financement participatif ou crowdfunding, c’est quoi, exactement ?

Que ce soit pour éviter de s’endetter pour imprimer un livre qu’on ne parvient pas à vendre ou pour communiquer efficacement dessus, le financement participatif (ou crowdfunding) est un super outil ! Il existe plusieurs sites sur lesquels on peut réaliser ce genre d’opération, les plus connus sont Ulule, Kickstarter ou encore Kisskissbankbank…

En seulement 10 ans, Ulule s’est imposé comme leader parmi les sites de financement participatif et on y trouve des acheteurs friands de BD auto-éditées, avec quelques très beaux succès.

Exemples de projets de BD en financement participatif sur Ulule

Sur ces différents sites, le principe est le même : on fixe un objectif (une somme ou un nombre de préventes), et on prépare une page de présentation de son projet.

Une fois la campagne Ulule lancée et le projet en ligne, on doit convaincre des visiteurs de donner de l’argent en échange de contreparties. La campagne dure de quelques semaines à 2 mois (cela peut même aller jusqu’à 90 jours) et à la fin, si l’objectif est atteint ou dépassé, vous recevez l’argent pour réaliser votre projet. Sinon, tous les contributeurs sont remboursés et vous ne touchez rien.

Ce principe peut paraître cruel, mais c’est ce qui permet aux contributeurs de donner de l’argent sans avoir peur de ne pas être remboursés quand l’objectif n’est pas atteint : la plate-forme se charge de tout ! Le fait que ça soit sur une durée limité et sur un site connu permet aussi de créer un événement et de toucher un public plus large. C’est donc à la fois l’occasion de faire des préventes et de se faire connaître.

Bref, le financement participatif / crowdfunding est un incontournable de l’autoédition, oui, mais comment faire une campagne Ulule qui cartonne ? Quels sont les pièges à éviter ?

Ayant organisé plusieurs campagnes Ulule et contribué à celles d’autres auteurs, je vous partage ici un maximum de conseils pour faire une campagne de financement participatif qui fonctionne. Mais je vous préviens dès maintenant : préparer une campagne de financement participatif, c’est de beaux moments, mais aussi beaucoup, beaucoup de travail.

Il faut être réaliste, prêt à manier les chiffres, planifier le projet, et surtout, savoir communiquer !

Savoir planifier une campagne Ulule avec un projet réaliste

Une campagne Ulule, ça ne s’improvise pas ! Avant même de créer un compte sur le site pour rédiger sa page, il y a toute une réflexion en amont à faire, pour savoir si le projet est faisable ou non, s’il est adapté à ce mode de financement, et surtout si vous vous sentez prêt à le gérer.

Définir votre projet

Pour commencer, vous avez besoin de savoir clairement ce que vous voulez faire et de combien d’argent vous aurez besoin pour réaliser ce projet. Si vous suivez Mangakoaching, je pars du principe que vous comptez plutôt autoéditer votre BD, mais la majorité des conseils s’appliquent à d’autres projets, que ce soit des goodies, un jeu vidéo, etc…

Les questions qu'on se pose en préparant une campagne Ulule

(Pour avoir des conseils pour le livre lui-même, vous pouvez voir cet article sur les 7 pièges à éviter en autoédition.)

Si vous voulez sortir des produits autres (carnets, goodies…) c’est possible, mais ça demande une vraie réflexion pour proposer des contreparties qui intéresseront le public et formeront un ensemble cohérent (par exemple : un kit de papeterie avec 3 ou 4 objets autour d’un même thème, un set de 12 cartes sur le thème du zodiaque, etc…) En soit, tout est possible, mais plus vous aurez un projet cohérent, plus il sera facile de séduire les contributeurs potentiels.

Sachez aussi que certains produits (par exemple : les pin’s émaillés ou enlamel pins) trouveront plus leur place sur Kickstarter, qui a une communauté internationale et un public spécifique. Ulule, lui, est bien adapté à l’autoédition en français, surtout côté BD : une section du site y est consacrée, avec un taux de plus de 80 % de réussite !

Faire une première estimation

Disons que votre but est d’imprimer votre BD au format papier. Pour avoir une première idée du prix qu’elle coûterait, il faut définir ses caractéristiques concrètes :

  • Le format (le A5 est très courant en autoédition, le format manga aussi, bien sûr)
  • Le nombre de pages (si vous ne l’avez pas encore dessiné, faites une estimation en comptant large)
  • Si le livre est en couleur ou en noir et blanc
  • Si vous voulez une couverture rigide, avec un vernis sélectif, une jaquette, etc…
  • Le nombre d’exemplaires que vous voudriez imprimer

Après avoir défini ça, et sans que ça soit forcément les chiffres définitifs, vous pouvez commencer à regarder chez différents imprimeurs (en ligne ou près de chez vous) pour comparer les prix. Vous verrez que le “meilleur imprimeur” varie d’un projet à l’autre, et que certains seront les seuls à proposer tel format ou telle option… Préparez-vous à faire quelques recherches !

Exemples de BD imprimées en autoédition. Plusieurs ont été financées via une campagne Ulule
Dans l’autoédition, il y a beaucoup de formats possibles selon les imprimeurs… autant de variations de budget pour l’impression de sa BD !

Vous aurez des devis pour un prix total. Attention à ne pas confondre les prix HT (hors taxes) et TTC (toutes taxes comprises). 20 % de différence, ça joue BEAUCOUP !

En divisant ce devis par le nombre d’exemplaires, vous aurez le prix unitaire (PU). Une technique que j’utilise souvent est de multiplier ce prix unitaire par 3, puis de comparer avec le prix auquel j’imaginais le vendre. Si je suis en dessous, c’est bon signe. Si ça dépasse, je sais déjà que ça va être compliqué. Ça ne veut pas dire que c’est impossible, mais il faudra sans doute modifier le projet : diminuer le nombre de pages, le format, privilégier le noir et blanc, ou augmenter le nombre d’exemplaires, le vendre plus cher…

À ce stade, vous avez une première estimation du coût d’impression, du nombre d’exemplaire et du prix de vente. Partez du principe que les chiffres vont bouger (et n’hésitez pas à les faire bouger pour tester différents scénarios ! Ça vous donne déjà une première idée de ce à quoi ressemblerait votre projet. Vous allez pouvoir commencer à comparer et voir s’il est faisable.

Comparer votre projet avec des campagnes de financement participatif passées

Vous avez de la chance, il y a plein de projets avant vous dont vous pouvez étudier la page pour vous inspirer. N’hésitez pas à écumer le site, à disséquer les campagnes qui ont bien marché, à noter les idées qui vous plaisent, et surtout, à comparer les chiffres.

En allant sur une page Ulule, vous pouvez voir :

  • La somme récoltée (et/ou le nombre de préventes)
  • Le pourcentage de l’objectif total
  • Le nombre de contributeurs
  • Les différentes contributions et leur prix
  • Et souvent, une répartition indicative du budget dans la page de présentation

Cela vous permettra de voir si votre projet est en décalage avec ce qui se fait déjà sur Ulule : Est-ce que le prix de votre livre est cohérent avec ceux des autres livres présents sur la plate-forme ? Est-ce que votre objectif n’est pas trop gourmand pour une première campagne ?

Attention, les sommes récoltés et contributeurs sont à comparer avec les communautés des porteurs de projets.

N’espérez pas vendre autant que Chane, Aerinn ou Maliki lors de vos premières campagnes ! D’ailleurs si vous voyez que la page Ulule que vous regardez n’est pas le premier projet de la personne, n’hésitez pas à aller voir sa première campagne pour avoir des chiffres plus proches de ce que vous pouvez espérer atteindre.

Vous pouvez aussi regarder des petites campagnes et regarder quelle est la taille de la communauté de leur créateur sur les réseaux sociaux… Tout en gardant en tête que c’est très variable ! Certaines communautés sont petites mais très actives, et un grand nombre de followers ne garantit pas de grosses ventes. Par exemple, quand j’ai fait ma campagne Ulule pour Stray cat, j’ai eu 64 contributeurs.

Ça parait peu, mais quand on pense que ça représentait environ 10 % de mes followers, c’est plutôt bien ! Et si vous pensez que ce n’est pas si impressionnant, sachez que le taux de conversion (le pourcentage de personnes qui va faire ce que vous attendez d’eux, comme s’inscrire à une newsletter ou acheter) est plus souvent aux alentours de 3 à 5 %. Plus la communauté est grande, plus le chiffre à risque de baisser, parce vos proches impliqués dans vos projets forment une part de plus en plus négligeable…

Exemple de taux conversion pour estimer si sa campagne Ulule est réaliste.
Dans cet exemple, seuls 5,6 % des abonnés participent réellement à la campagne Ulule. Les chiffres et les raisons peuvent varier, mais il est très rare de dépasser 20 % de taux de conversion. Pensez-y en préparant votre projet !

Il n’y a pas de calcul magique qui vous dira comment faire une campagne Ulule ou qui vous garantira de la réussir… mais malgré tout ce temps d’étude comparative est très important pour se confronter à la réalité et vous apportera plein d’informations et de pistes pour améliorer votre projet !

Bien décortiquer le budget de sa campagne Ulule

Vous avez fait des estimations, le projet vous paraît cohérent en comparant avec les autres campagnes de financement participatif proches de la vôtre, et vous êtes motivés comme jamais ? Parfait, c’est le moment de mettre les mains dans le cambouis pour faire un budget détaillé !

C’est une étape qui peut faire peur, mais j’ai plein de conseils pour vous, et si vous êtes méthodiques, tout devrait bien se passer !

Les contreparties sur Ulule

Les contreparties, c’est que vous promettez de donner à vos contributeurs en échange de leur argent. Car à moins de faire les yeux doux à votre gentille tante, peu de gens voudront vous donner quelque chose sans rien attendre en retour !

Exemple de présentation des contributions que j'avais proposées pour la campagne Ulule de Stray Cat
Exemple de présentation des contributions que j’avais proposées pour la campagne Ulule de Stray Cat

Après avoir visité les pages d’autres projets sur Ulule, vous aurez sûrement remarqué le soin apporté aux contreparties.

Elles commencent à 1 euro et montent parfois jusqu’à plusieurs centaines d’euros, avec toutes sortes de variantes ! Bien sûr, les contributeurs qui mettent autant d’argent sont rares, la plupart donnent en moyenne 20/25 euros. C’est donc la contrepartie dans cette tranche de prix qui est la plus importante (mais ce n’est pas une raison pour négliger les autres).

Au moment de préparer vos contributions, vous pouvez :

  • Définir des gammes de prix (1/2 euros, 5 euros, 10, 15 ou 20 euros, puis 40 ou 50, 80, 100, etc…) les contributeurs sont habitués à des chiffres ronds, donc vous pouvez vous permettre d’arrondir certaines sommes en ajoutant 1 ou 2 euros.
  • Proposer une contrepartie particulièrement attirante dans la tranche des 20/25 euros.
  • Réfléchir à ce que vous pourriez donner comme contrepartie pour chaque somme, de manière à ce que chacun y trouve son compte
  • Vous pouvez proposer des options et des quantités limités dans vos contreparties
  • De nouveau, regardez ce que proposent les autres pour vous inspirer : vous pouvez proposer des livres PDF, des ex-libris, des illustrations couleurs, etc…

Gardez bien en tête que tant que le projet n’est pas lancé, tout est provisoire ! Mais vous allez le voir très vite, pour préparer votre campagne de financement participatif, vous allez avoir besoin de chiffres et ce sera plus facile pour vous de les modifier que de faire des calculs dans le vide.

La répartition du budget

Tout à l’heure, je parlais de ma technique du “multipliez votre prix unitaire par 3 pour connaître votre prix de vente.” Vous vous demandez peut-être à quoi correspondent ces deux autres tiers ? Et bien on va en parler maintenant. L’impression d’un livre, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg : il y a aussi les goodies, l’emballage et les envois, des pourcentages prélevés par les uns et les autres. Tout ça a un prix, et c’est important de ne pas l’oublier, au risque de finir par le payer de votre poche !

Estimer la répartition du budget et en informer les contributeurs fait partie des choses à faire pour une bonne campagne Ulule
Estimer la répartition du budget et en informer les contributeurs fait partie des choses à faire pour une bonne campagne Ulule

Parmi les dépenses incompressibles vous aurez :

  • Le pourcentage pris par Ulule (8% environ, avec un calcul différent selon que le paiement soit bancaire ou Paypal)
  • Le pourcentage de cotisations sociales que vous aurez à payer

Cela veut dire que sur 1 euro payé, vous aurez d’office 8 centimes pris par Ulule et 12 à 22 ct que vous devez mettre de côté pour votre déclaration (en tout cas, si vous êtes auto-entrepreneur, car pour les artistes-auteurs, les calculs se font plutôt sur les bénéfices. Vérifiez bien à quel cas vous correspondez avant de faire vos calculs).

Bref, sur la somme récoltée, vous pouvez déjà vous dire que vous n’en toucherez vraiment que les 4/5e… et c’est avec l’argent que vous allez devoir payer :

  • L’impression de votre livre
  • L’impression de vos goodies
  • L’emballage et l’expédition de vos contributions

Mais peut-être aussi :

  • Votre première demande de numéro ISBN (28 euros HT)
  • Des frais de communication (par exemple, de la publicité sur les réseaux sociaux)
  • Des prestataires, pour relire, corriger, mettre en page, illustrer votre livre, fabriquer une figurine…
  • Du matériel et des outils achetés exprès pour réaliser certaines contributions

Et dans l’idéal, ne pas oublier de :

  • Vous rémunérer
  • Prévoir une marge de sécurité en cas d’imprévu (croyez-moi, ça arrive souvent !)

Certaines dépenses sont calculées en pourcentage, d’autres ont un prix fixe, et d’autres encore dépendent de la quantité commandées et de ce que prendront les contributeurs… autant dire qu’il y a de quoi avoir le cerveau qui fume quand on prépare le budget de sa campagne de financement participatif !

Ce moment de panique quand on fait le budget de sa campagne Ulule

Calculer en détail et varier les scénarios

Comme ça fait beaucoup de choses à prendre en compte, après avoir fait votre liste pour votre campagne Ulule, un tableur Excel devient incontournable.

Bonne nouvelle : comme j’ai moi-même galéré sur mes propres campagnes, j’ai décidé de vous partager un template à télécharger, que vous pourrez modifier selon vos besoins. Il est loin d’être parfait (je ne suis pas comptable) et vous aurez intérêt à vérifier les formules si vous ajoutez ou supprimez des colonnes ou des lignes, mais je pense qu’il devrait quand même vous faire gagner du temps !

En tout cas, c’est l’outil que j’aurais aimé avoir quand j’ai préparé ma première campagne.

Un tableau Excel pour mieux calculer le budget de sa campagne Ulule
Un tableau Excel tout prêt pour vous aider à prendre en main le budget de votre campagne Ulule !

Dans ce document, vous trouverez 3 parties :

  • Un tableau avec le calcul détaillé du coût de votre campagne Ulule pour chaque contrepartie que vous proposerez
  • Une section ou vous pourrez noter les informations de vos devis (nombre d’exemplaires/prix)
  • Une section pour le calcul du poids et des frais de port (vous verrez que c’est très important)

Ce tableau ne permet pas de faire des simulations des ventes globales en variant le nombre de chaque contrepartie vendue, mais plutôt de vérifier qu’aucune contrepartie n’est déficitaire sur votre Ulule. Le budget final sera toujours un peu différent (d’où l’importance d’une marge de sécurité).

J’ai automatisé un maximum de calculs, pour que vous puissiez vous concentrer sur les devis, le prix juste des contributions, etc… Une fois que vous aurez trouvé le bon équilibre, vous pourrez copier la feuille et recommencer pour les paliers supplémentaires en modifiant pour tester d’autres scénarios !

Poids des contreparties et frais de ports

S’il y a un point du budget auquel il faut être particulièrement attentif en préparant une campagne Ulule, c’est celui des frais de port.

Les tarifs de la poste augmentent chaque année et sont toujours un gros poste de dépense des campagne de financement participatif. À moins de ne proposer que des contreparties virtuelles, les frais de port représentent souvent 15 à 30 % du budget total d’un financement participatif, parfois plus. Prenez donc le temps de les calculer en détail pour ne pas avoir de mauvaises surprises !

Comment estimer le poids de vos contributions ?

Prenez le temps d’estimer en détail le poids de chacun des éléments qui constitueront votre envoi (y compris votre enveloppe, carte de visite, etc…) pour connaître le poids total. Pesez ce que vous avez déjà et calculez le reste en faisant des simulations. En cas de doute, estimez toujours à la hausse !

Autres-talents, un site qui propose des ressources utiles, comme le calculateur de poids de livre.
Pour les livres, j’utilise ce calculateur de poids en comptant 3 à 5 grammes supplémentaires pour la reliure.

Le poids final du livre peut vous décider à prendre un papier un peu plus léger pour rester en dessous d’un certain poids. Cela le rendra moins cher à imprimer ET à envoyer ! (Attention tout de même à ne pas sacrifier la qualité finale.)

En mettant une seule page et 0 de grammage pour le papier de couverture, vous pouvez aussi calculer le poids de vos futures cartes et ex-libris sur le même outil. Si vous avez une balance de cuisine assez précise, et des impressions ou goodies correspondant exactement à vos futures commandes (même format, même fournisseur), vous pouvez aussi les peser directement.

Une fois que vous connaissez le poids du contenu, vous pourrez chercher les emballages les plus adaptés : enveloppes à bulle ou cartonnées ou boites en carton pour les envois plus imposants, le choix est large sur les sites de vente en ligne et les boutiques pour professionnels. Choisissez un emballage résistant, qui protègera vos contreparties, et n’oubliez pas que cet emballage aussi a un poids !

Choisir votre type d’envoi

Quand vous aurez estimé le poids total de vos différentes contributions, vous pourrez regarder les différents tarifs et options proposées, plus ou moins avantageuses. Entre lettre verte, lettre suivie, Colissimo, etc., on peut vite s’y perdre entre les différents prix. Pour vous aider à faire le meilleur choix pour votre campagne Ulule, n’oubliez pas que :

  • L’envoi au format lettre peut monter jusqu’à 3 kg, mais est limité à 3 cm d’épaisseur au total
  • Le tarif Lettre Verte sera le plus économique, mais ne donnera ni suivi ni assurance en cas de perte. Malgré tout, si vous avez compté large à l’impression et que vos contreparties ne sont pas chères à produire, renvoyer quelques colis perdus peut rester plus avantageux que payer plus cher les frais de port.
  • Pour les envois de plus grande valeur (notamment les illustrations originales), il y a la possibilité d’envoyer une lettre en recommandé, ce qui coûte bien plus cher mais permet une remise contre signature & un remboursement forfaitaire en cas de perte ou de dégradation (3 niveaux de remboursement selon l’option choisie).
  • Les envois en colis coûtent plus cher que le tarif lettre verte suivie, mais comprend une assurance calculée en fonction du poids (moins importante que l’envoi en recommandé). Ils seront bien adaptés aux livres trop épais pour passer en lettre.
  • Envoyer vos contributions via Mondial Relay peut être avantageux pour les gros colis, mais les contributeurs ne seront pas toujours d’accord pour passer par cette plateforme. Ne vous reposez pas uniquement là dessus en faisant votre budget.
  • Si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas proposer une remise en main propre dans votre ville ou en festival, en échange d’un remboursement des frais de port, ou, plus avantageux pour vous, un avoir sur d’autres produits de votre catalogue. C’est aussi l’occasion d’échanger et de faire de belles rencontres !

Quelques astuces pour vos envois

  • Si vous avez une imprimante, vous pouvez imprimer vos timbres vous même via montimbrenligne.fr. Les timbres sont légèrement moins cher et vous pouvez tout préparer de chez vous avec une balance. (Pensez à faire un compte pro si vous êtes déclaré pour avoir des prix plus avantageux.)
  • Si vous envoyez plusieurs livres et que leur épaisseur totale dépasse les 3 cm réglementaires, vous pouvez les envoyer côte à côte dans une enveloppe plus grande.
  • Si vous envoyez des badges ou des objets avec du relief, pensez à bien les emballer pour éviter qu’ils abiment l’enveloppe ou son contenu.
  • Si vous envoyez des livres écrits en français à l’étranger, vous pouvez bénéficier du très avantageux tarif livres et brochure. L’envoi est lent et non assuré, mais coûte moins cher que l’envoi à poids égal à l’intérieur de la France !

Inclure les frais de port ou les faire payer en supplément ?

Vous pouvez choisir de faire payer les frais de port au moment de l’achat (ce qui permet de choisir des tarifs différents selon le pays du contributeur) ou de les inclure directement au prix de la contribution. Les deux choix ont leurs avantages et leurs inconvénients :

  • Calculer les frais de port à part permet d’ajuster le prix de l’envoi (par exemple si vous ne pouvez pas utiliser le tarif “livre et brochures” pour un envoi à l’étranger).
  • Mais des frais de ports qui s’ajoutent au dernier moment peuvent décourager les contributeurs
  • Quel que soit votre choix, c’est l’ensemble du paiement qui sera compté dans votre cagnotte Ulule. N’excluez dont pas les frais de port de votre objectif, au risque d’avoir un trou dans votre budget !

Une surveillance constante.

Quand on imagine des paliers supplémentaires ou des exclusivités à sa campagne Ulule, on a vite fait d’être emporté par ses idées et son enthousiasme… mais à chaque fois que vous rajoutez un produit en plus ou des pages dans votre livre, faites attention au poids supplémentaire. Quelques grammes de plus peuvent vous rajouter 2 euros de frais de port par envoi, et c’est typiquement le genre de choses qui vous fait passer d’une campagne bénéficiaire à une campagne déficitaire ! Surveillez bien les changements de tranche et vérifiez que vous rentrez toujours dans vos frais malgré cela.

attention à ne pas exploser le budget Ulule avec le poids des envois !
Attention à ce que vos contreparties n’explosent pas le budget des frais de port !

Toujours planifier sa campagne Ulule en amont

Votre budget tient la route, c’est merveilleux… mais la partie gestion n’est pas finie ! Vous avez encore plein de tâches à accomplir avant de faire votre campagne Ulule et il faut que vous vous prépariez sans rien oublier.

C’est le moment de lister toutes les choses à faire et d’estimer le temps nécessaire et les délais d’attente, à la fois pour la création de la page Ulule et pour tout votre travail d’autoédition.

Une campagne Ulule, c'est de l'organisations. Listez vos tâches et faites un planning détaillé.
Exemple do list de la campagne Ulule avec un suivi de l’avancement

Les paroles s’envolent, les écrits restent… alors, notez tout et n’hésitez pas à organiser en catégories, mettre des codes couleurs, des barres de progression ou des case à cocher, etc. Quel que soit le format et le support, l’important c’est que ça soit clair pour vous. Une liste détaillée vous permettra à la fois de ne rien oublier et d’estimer le temps total dont vous aurez besoin pour préparer votre campagne de financement participatif.

Voici les catégories principales et quelques points à ne pas oublier :

  • Finalisation du livre : mise en page, corrections et relectures.
  • Réalisation des goodies
  • Création de son profil Ulule et de sa page de projet (prévoir un délai d’1 à 3 jours pour la validation de création de projet et autant pour la validation avant sa mise en ligne !)
  • Création de visuels pour le Ulule (image mise en avant, images de présentation, images de contreparties, etc)
  • Liste des publications à prévoir, pour les news Ulule ainsi que les réseaux sociaux
  • Préparation de visuels promotionnels pour les réseaux sociaux
  • Relecture complète de la page, modifications et correction des fautes
  • Activation du paiement Paypal (prévoir au moins 10 jours de délai)
  • Demande du numéro ISBN (3 semaines de délai)
  • Vérification des délais de fabrication de vos produits : validations, BAT, délais de fabrication et d’envoi de tous les produits commandés
  • etc…

Pour chaque catégorie, listez toutes les tâches que vous aurez à faire, puis estimez la durée de chaque tâche. En divisant ce nombre d’heures par le temps que vous pourrez y consacrer chaque jour, vous aurez une idée du nombre minimum de jours à prévoir. Vous saurez aussi quelles choses demandent un délai et risqueraient de vous bloquer si vous les faites trop tard, les tâches indispensables et optionnelles…

Plus vous détaillez votre liste en coupant en petites tâches, plus vous aurez une estimation précise du temps dont vous aurez vraiment besoin. Par exemple, au lieu d’estimer le temps nécessaire pour faire tous les textes de votre BD, estimez combien de temps cela vous prend pour une page, puis multipliez par le nombre de pages. N’hésitez pas à noter les tâches rapides pour ne pas les oublier. Un quart d’heure par-ci, par-là, ça fini par représenter beaucoup de temps !

“Pour savoir combien de temps ça va prendre de faire un projet, tu fais une estimation de temps nécessaire, tu multiplies par 2 et tu rajoutes 20 %”.

Quand je demande à mon barbu (chef de projet) comment on fait pour estimer la durée d’un projet.

Même en vous renseignant sur comment faire une campagne Ulule et en vous organisant soigneusement, il y aura toujours des imprévus et des retards. Essayez d’en éviter le plus possible et n’hésitez pas à vous prévoir une bonne marge pour vos dates, pour pouvoir lancer votre campagne Ulule sereinement.

Faire un calendrier

Vous avez vos tâches, maintenant, il ne reste plus qu’à les caler dans le temps : à telle date, avoir terminé le contenu du livre, à telle date au plus tard, envoyer la demande de numéro ISBN, envoyer le livre à l’imprimeur 15 jours après la fin de la campagne, etc. Ce sera le moment d’organiser votre manière de travailler, en prenant en compte le temps que vous avez estimé pour vos tâches et en utilisant intelligemment les périodes d’attente pour avancer d’autres choses.

Vous pouvez choisir de “remplir” votre calendrier dans l’ordre chronologique pour voir à quelle date vous serez prêts à faire votre campagne Ulule, ou faire un rétroplanning en partant d’une date ou vous voulez absolument avoir votre livre (par exemple, pour la Japan Expo) avant de remonter dans le temps en calant les deadlines intermédiaires.

Une campagne Ulule se fait sur une durée limité, il est important de bien organiser son temps.

Attention, choisissez un objectif raisonnables pour préparer votre campagne Ulule dans de bonnes conditions. Si vous avez estimé qu’il vous fallait 5 mois de travail et qu’il n’en reste que 4 dans le calendrier, soyez réalistes et décalez la date.

Le sommeil, c’est important, et le résultat sera de meilleure qualité !

Réfléchissez pour bien choisir la date d’une campagne de financement participatif. Toutes les périodes de l’année ne se valent pas : en juillet-août, les gens sont souvent en vacances, avec moins d’accès à internet. Décembre est un mois de grosse dépenses avec les fêtes, et janvier-février sont souvent des mois un peu “mous” ou les gens dépensent peu pour compenser les cadeaux de Noël…

Les autres mois sont souvent des périodes assez dynamiques pour le financement participatif, avec plus ou moins de concurrence. Octobre-novembre peut être un très bon créneau si vous cherchez à ce que vos livres soient offerts à Noël, mais garantir les délais peut être une grosse source d’angoisse !

Évitez aussi de terminer votre Ulule pendant un weekend, les contributeurs de dernière minute risque de louper votre campagne parce qu’ils sont partis en weekend ou font la fête, et oublient de regarder sur internet.

Faut-il avoir terminé son livre pour lancer une campagne Ulule ?

Pas forcément… mais souvent, c’est mieux, tout simplement parce que ça rend le projet plus proche et réel aux yeux des gens. Une campagne de financement participatif peut créer la hype, mais si c’est pour recevoir deux ans plus tard un livre qui ne nous intéressera plus parce que nos goûts ont changé…

Un autre aspect, c’est aussi la peur que le projet ne soit jamais terminé. Il n’est pas rare que les calendriers des campagnes Ulule ne soient pas respectés et que les contributions aient du retard, mais les contributeurs sont généralement assez bienveillants.

Par contre, certains projets restent bloqués pour diverses raisons, parfois indépendantes de la volonté du porteur de projet : un fournisseur qui ferme, un illustrateur qui ne répond plus, etc. Il arrive que des projets de financement participatif n’aboutissent jamais.

Lancer le financement participatif avant d'avoir terminé le livre : un pari risqué.
Aerinn a déjà mené à bien 3 campagnes Ulule et communique régulièrement sur l’avancement de son projet. C’est pour cette raison que les contributeurs lui font confiance même si le livre n’est pas encore terminé !

Les projets qui lèvent des fonds pour des BD non terminés sont généralement soutenus par une communauté qui a une grande confiance dans le porteur de projet. Si vous demandez comment faire une campagne Ulule, vous n’en êtes sans doute pas là. Avoir un projet fini, surtout la première fois, c’est une manière de rassurer votre acheteur, de lui dire “tout ce qui manque pour que le livre existe, c’est votre argent.”

Une autre chose à ne pas oublier, c’est que préparer une campagne Ulule, ça prend beaucoup de temps, et pendant la durée de la campagne, vous aurez beaucoup à faire avec la communication… alors je vous conseille d’appliquer autant que possible ce petit principe :

“Faites aujourd’hui ce que vous n’aurez pas le temps de faire demain.”

Communiquer et gérer sa campagne Ulule

Le dernier point qui fait la différence entre une campagne Ulule ratée et un succès, c’est la communication. Ce n’est pas le plus facile et j’avoue que ce n’est pas mon point fort (mais j’y travaille). Prenez cette partie au sérieux : même si tout est parfait côté budget, planning et gestion, il ne faut pas oublier que pour récolter l’argent dont vous avez besoin, il faut que les gens :

  • Sachent que votre projet existe
  • Aient envie de contribuer
  • Aient envie de parler du projet autour d’eux

Avoir un plan de comm pour être sûr que tout le monde soit au courant

Il ne suffit pas de dire une fois que vous avez une campagne Ulule pour que les gens participent (même quand ils en ont envie). Ils peuvent voir l’information à un moment où ils n’ont pas le temps pour oublier ensuite. En réalité, ça peut se passer comme ça :

Les contributeurs Ulule peuvent procrastiner, n'hésitez pas à leur rappeler votre campagne pour ne pas être oublié

Bref, il ne suffit pas que votre campagne Ulule soit vue, il faut souvent qu’elle soit vue PLUSIEURS FOIS.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous avez tout intérêt à poster très régulièrement et à prévoir un plan de comm, c’est à dire un calendrier de vos différentes publications sur les réseaux sociaux. Vous vous dites peut-être “oh non, j’en ai marre des devis, de la compta et des calendriers”, mais pensez à votre vous du futur qui sera ravi de n’avoir qu’à regarder son programme du jour et l’exécuter sans réfléchir !

  • Commencez par lister tous les réseaux sociaux et sites ou vous pourriez parler de votre campagne Ulule (ainsi que des rencontres IRL, festivals, etc. ça marche aussi !)
  • Réfléchissez à ce que vous pouvez poster sur ces réseaux sociaux et fixez des dates précises : tous les lundis et jeudis ici, 2 articles au sujet de la campagne de financement participatif là, etc.
  • Pensez que vous pouvez commencer à communiquer en amont de la campagne, faire un décompte, une soirée de lancement…
  • Préparez vos visuels par lots et en avance pour gagner du temps
  • Parlez-en à vos proches bien en avance et impliquez-les dans le projet

Donner envie de participer à la campagne Ulule

Une campagne Ulule qui donne envie, ça tient à plein de petits détails. Il y a aussi les éléments qui vont attirer l’attention :

  • Une présentation alléchante (des beaux visuels, de belles promesses, une présentation aérée et agréable à lire)
  • Des objectifs clairs (mettez des visuels du produit final, des extraits, des informations sur le format, le nombre de pages, pour aider les gens à imaginer l’objet qu’ils vont acheter)
  • Un univers cohérent (entre les images, le ton utilisé, les noms donnés aux contreparties, etc. tout doit plonger les lecteurs dans votre histoire)
  • Le Storytelling, ou l’art de raconter la création de ce projet comme si c’était une histoire, avec son émotion, ses rebondissements… et son happy end ?
Exemple de présentation de page Ulule avec le dernier projet de financement participatif de Chane
Chane est une artiste qui a eu de gros succès sur Ulule, et quand on voit la qualité visuelle de ses campagnes, on comprend pourquoi ! L’ensemble est cohérent et nous plonge tout de suite dans son univers !

Mais n’oubliez pas non plus les éléments qui vont rassurer :

  • Donnez des chiffres et des informations pratiques : l’avancement du projet, la répartition du budget, le planning…
  • Faites une présentation de vous, pour montrer votre parcours et mettre un visage sur le projet
  • Ayez une bonne orthographe et grammaire. Relisez-vous et faites-vous relire, surtout si vous faite de l’autoédition ! Si le gens voient des fautes dans votre présentation, ils s’attendront à ce qu’il y en ait aussi dans le livre, et c’est rédhibitoire pour certaines personnes !
  • Répondez aux questions que les gens se posent : quel est le délai de livraison ? Est-ce que ce livre est pour les enfants ? Comment est réparti le budget ?

Pour connaître ces questions, n’hésitez pas à montrer à votre entourage ce qu’ils pensent de votre future page Ulule. Ils vous diront ce qui n’est pas clair, relèveront des fautes, penseront qu’une contrepartie est trop ou pas assez chère, poseront des questions… Écoutez-les attentivement pour améliorer la présentation de votre campagne Ulule, sans renoncer aux points qui sont vraiment important pour vous ! (Vous avez aussi le droit de ne pas être d’accord avec tout.)

Demandez conseil à votre entourage pour améliorer la page de présentation de votre Ulule

Si vous avez le courage et que vous êtes à l’aise avec les outils, vous pouvez faire une petite vidéo de présentation (1 minute 30 grand maximum) que vous pourrez mettre en haut de votre page de projet Ulule et partager un peu partout.

C’est un plus, mais pas une obligation.

Les 3 cercles ou comment faire une campagne Ulule qui décolle

Imaginez que vous tombez sur une campagne Ulule de quelqu’un que vous ne connaissez pas. Le projet est sympa, la présentation est bien, ça vous donne un peu envie, mais… la cagnotte n’en est qu’à 2%. Est-ce que vous contribuez ? Pas sûr… vous vous dites que le projet à peu de chances de réussir, et vous vous demandez pourquoi il n’y a qu’un seul contributeur jusque-là. Bref, vous n’avez pas confiance… et vous avez sans doute raison !

Les 3 cercles, on en parle souvent quand on discute de financement participatif, et ce n’est pas pour rien.

L’idée est simple, parmi les contributeurs de votre campagne, vous aurez :

  • Vos proches et vos fans, qui vous soutiendront de bon coeur
  • Leurs proches à eux, qui découvriront la campagne parce que ces premiers l’ont partagée.
  • Des gens qui ne vous connaissent pas et découvriront votre campagne Ulule par hasard (les plus difficiles à convaincre)
Nous sommes connectés avec les autres en réseau... faites de votre mieux pour que l'information se diffuse le plus loin possible !
Pendant une campagne de financement participatif, vous êtes au centre d’un réseau qui peut transmettre l’information et participer (crédit : ElisaRiva, de Pixabay)

Plus les gens vous connaissent, plus ils vous feront facilement confiance. Alors, pour faire un bon lancement de campagne Ulule, il faut faire les choses dans l’ordre et commencer par mobiliser les personnes les plus proches de vous, pour que ce soient les premières personnes à contribuer (vous pouvez même leur envoyer directement le lien par message privé). Elles sont là pour prouver qu’il y a des gens qui attendent le projet et qui vous font confiance, et feront monter la cagnotte.

Une fois que vous avez 15/20 %, vous pouvez partager votre campagne Ulule sur les réseaux sociaux et inciter les autres à partager. Les personnes qui ne vous connaissent pas directement se diront “Ouah ! il y a déjà tant de participants ! C’est que ça doit être bien !” et plus il y aura de participants, plus il y aura d’inconnus qui découvriront peut-être votre campagne Ulule participeront et partageront à leur tour, alors qu’ils n’auraient pas osé s’il y avait eu moins de contributeurs.

Bref, dans le financement participatif, c’est important de démarrer fort et de “lancer la machine”. Les campagnes Ulule ont des courbes en U, avec des participations concentrées au début et à la fin du financement participatif. Il est donc important de faire un bon lancement, qui donnera le ton de l’ensemble de la campagne. N’hésitez pas à demander le soutien des plus proches et à leur expliquer pourquoi ça vous aide qu’ils participent dès le début. Vous pouvez aussi proposer des packs “early bird” (limités), avec des avantages (cadeaux, contributions moins chères…) pour motiver les gens à contribuer sans attendre.

Donner envie de partager votre campagne Ulule

Les contributeurs sont des gens à qui votre projet a plu, et qui connaissent d’autres gens à qui il peut plaire aussi. Vous pouvez les motiver à partager votre projet en échangeant avec eux : Répondez aux commentaires et aux questions, remerciez-les directement et/ou dans des newsletters régulières.

Informez-les de l’avancement de la campagne dans des Newsletters Ulule. L’idéal est qu’ils suivent votre campagne de financement participatif comme un véritable feuilleton et qu’ils aient envie de la voir aller le plus loin possible. Montrez les préparatifs, célébrez les événements avec eux (les 50 %, 100 %, les stretch goals) remerciez-les pour leur soutien, encouragez-les à partager…

Exemple de news Ulule : Informez les contributeurs pour les rassurer et les inciter à partager !

C’est important de faire des newsletters pendant la campagne, mais aussi après ! Tenez les contributeurs au courant de l’avancée du projet (que les choses se passent comme prévu ou non) pour les rassurer et montrer que vous ne les oubliez pas.

Vous pouvez créer des événements durant la campagne de financement participatif : une loterie, de soirées de dessin en stream ou vous répondez au questions, etc… plus ils vous connaîtront, plus ils auront envie de vous voir réussir.

Les Stretch Goals

Il n’est pas rare que les 100 % d’une campagne Ulule soient dépassés, alors pour continuer l’aventure et donner envie de participer, on prévoit des Stretch Goals, ou paliers bonus, pour éviter que la campagne stagne.

Ce sont des caps importants, comme les 150 ou les 200 %, que vous pouvez fêter en améliorant les contreparties (par exemple, en rajoutant un marque page, des pages bonus dans le livre, en faisant une couverture rigide, etc…). Bien sûr, n’oubliez pas de calculer votre budget pour ne pas vous endetter en étant trop gourmand !

Les Stretch goals, pour que la campagne reste animée jusqu'au bout !
Pour ma campagne Ulule de Stray cat, j’ai dévoilé les paliers bonus petit à petit… avec un bonus “fan-service” dans la présentation 😉

Les Stretch Goals sont très puissants, puisqu’ils donnent à de nouvelles personnes l’envie de participer tout en motivant les contributeurs de partager la campagne Ulule : si l’objectif est atteint, ils y gagnent directement !

Ils s’impliquent encore plus et atteindre le prochain objectif devient un défi qu’ils partagent avec vous. Et ça, c’est sans doute le meilleur moment d’une campagne de financement participatif !

Conclusion 

Voilà, après cet article, vous devriez mieux savoir comment faire une campagne Ulule, étape par étape. C’est beaucoup de travail, ça peut être effrayant parfois, mais c’est aussi des moments de joie et d’échange, et après ces conseils tirés de mon expérience et de mes observations, j’espère vous avoir donné envie de vous lancer !

En tout cas, vous n’êtes pas les premiers, alors profitez-en ! Allez voir les campagnes des uns et des autres, reprenez leurs bonnes idées, lisez les témoignages d’organisateurs pour éviter de faire les mêmes erreurs, écumez le site de Ulule pour avoir des conseils, demandez des avis à votre entourage, et surtout à vos lecteurs. Le financement participatif est un système collaboratif, alors… collaborez !

Et si vous en êtes encore à la préparation de votre BD, n’hésitez pas à aller voir les 7 pièges à éviter pour imprimer sa BD en autoédition pour préparer le terrain !

Avatar of Astate
Astatehttps://astate.portfoliobox.net/
Autrice sadique et buveuse de thé invétérée, je fais de la BD aussi bien que du roman illustré, et j'accorde beaucoup d'importance aux petits détails ! Peu importe le genre, je cherche avant tout les émotions et les questionnements des personnages. J'aime que les choses soient bien faites, donc je partagerai ici des conseils techniques de création de BD et d'auto-édition pour avoir des livres au poil !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Aller plus loin

Nous vous donnons les outils pour booster votre motivation ! Chaque semaine, suivez notre planning de coaching.

Articles similaires