La bible de projet : un outil d’écriture pour organiser ses idées

D'autres trucs

D'autres trucs

Vous travaillez sur une BD ou un roman et vous ne savez pas comment organiser les informations de votre projet ? Vous êtes perdu dans votre histoire et avez besoin d’un outil d’écriture pour ne pas vous noyer dans vos idées ? Peut-être que ce dont vous avez besoin, c’est tout simplement d’une bible de projet !

La bible de projet, qu’est-ce que c’est ?

La bible de projet est un outil d’écriture qui vient du monde du cinéma et des séries : ce document rassemble des informations sur l’histoire, sa chronologie, ses personnages, son univers et son ambiance. Il est d’abord utilisé pour vendre le projet à des producteurs, puis permet de coordonner l’équipe travaillant à sa réalisation. Chaque membre de l’équipe le consulte en cas de doute et l’enrichit au fil des réunions, devenant ainsi l’encyclopédie du projet.

Vous pouvez peut-être penser que ça n’est pas utile pour vous, qui travaillez seul, mais si vous y réfléchissez, un auteur (surtout en BD) passe sa vie à jongler entre les casquettes : tantôt scénariste, dialoguiste, metteur en scène, décorateur, directeur d’acteur, cameraman et ingé lumière, il doit penser à mille choses à la fois. Dans ce cas-là, avoir une bible à consulter pour répondre rapidement aux questions que vous vous posez peut être un gros gain de temps. C’est encore plus vrai si vous avez créé un univers !

D’ailleurs, gardez précieusement ces recherches : non seulement c’est un outil d’écriture indispensable, mais en plus elles pourront peut-être intéresser vos lecteurs. Si le succès est au rendez-vous, vous pourrez décider d’en faire un making of ou une encyclopédie de votre univers. Bon, vous ne dépasserez jamais les centaines d’heures des DVD bonus du Seigneur des anneaux, mais un petit artbook, ça fait toujours plaisir !

exemples d'artbooks en auto-édition avec des recherches et des informations sur les projets et univers.

Attention ! Votre bible de projet n’est pas un dossier d’édition ! Le monde de l’édition et celui de l’audiovisuel a des règles différentes. Si c’est un bon outil d’écriture qui vous aidera à organiser les informations, votre bible de projet sera sans doute beaucoup trop détaillée pour un dossier d’édition de BD. Votre éditeur n’a pas envie de passer 6 h à lire ce que vous avez envoyé et se fiche de savoir si le copain de l’héroïne à un grain de beauté sur la fesse droite ! Si votre but est de préparer un dossier d’édition, consultez plutôt l’article sur comment préparer un dossier éditorial.

Qu’allez-vous mettre dans votre bible ?

Si la bible de projet n’est pas un dossier d’édition, c’est parce que vous l’utiliserez pour organiser les informations de toutes sortes, même celles qui ne sont pas très intéressantes ou n’apparaîtront pas directement dans l’histoire. Et du coup, vous vous demandez peut-être “qu’est-ce qu’on met dans sa bible de projet exactement ?”

Drafty s'interroge : que mettre dans une bible de projet ?

Et bien, la réponse est simple : il s’agira de rassembler et d’organiser les informations que vous risquez d’avoir besoin de vérifier régulièrement, ou, au contraire, d’oublier complètement. D’un projet à l’autre et d’un auteur à l’autre, le contenu variera du tout au tout, et c’est normal ! Mais certains éléments, comme le scénario et les fiches de personnages, apparaitront presque toujours.

Pour être sûr de ne rien oublier, vous pouvez vérifier que vous avez les réponses dont vous avez besoin au classique “Qui/Quoi/Quand/Où/Comment/Pourquoi”.

QUI : Les fiches de personnages

Les fiches de personnages sont un incontournable des bibles de projet, et vous avez sans doute commencé à en faire. D’un auteur à l’autre, le contenu et la forme varient beaucoup : certains adorent les données (taille, poids, mensurations, groupe sanguin, etc) quand d’autres vont écrire des pavés sur leur histoire et leur profil psychologique.

Un romancier peut se contenter d’une fiche écrite, là ou les dessinateurs de BD auront besoin d’une fiche de personnage dessinée, avec plusieurs angles de vue, des détails, les couleurs…

Drafty ne fais pas souvent ses fiches de personnage au propre.

Vous n’avez pas besoin d’écrire une thèse sur chaque personnage, vous risqueriez d’y passer beaucoup de temps et de vous noyer dans les informations. Mettez-y en avant ce qui vous sera utile :

  • Les informations “de base” : Nom, prénom, âge, taille…
  • Des documents sur leur apparence (description pour les romans, dessins de référence pour la BD)
  • Des informations sur leur passé
  • Des informations sur leur caractère, leurs traumas, leurs aspirations
  • Des informations sur leurs goûts/dégoûts/centres d’intérêt
Exemple de fiche de personnage assez complète, qui peut être incluse dans sa bible de projet.

J’accorde beaucoup d’importance au côté psychologique et à la compréhension du personnage, donc n’hésitez pas prendre le temps de creuser cet aspect (en tout cas pour vos personnages principaux, les personnages secondaires peuvent se contenter d’une dynamique plus simple). Voici quelques exemples de questions qui vous aideront à creuser vos personnages :

  • Quelles sont leurs relations les uns avec les autres ?
  • Quelle est leur manière de fonctionner/penser ?
  • Quelle est leur plus grande peur ?
  • Quelle est leur principale motivation ? (souvent en miroir de leur plus grande peur)
  • Qu’est-ce qu’ils sont prêts à faire pour cela ?
  • Quelles erreurs ils peuvent commettre en cherchant à atteindre leurs objectifs ?

Un ingrédient indispensable pour réussir un personnage, c’est les défauts. Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez utiliser le générateur de défauts et faiblesses de Springhole. C’est en anglais et vous aurez parfois besoin de traduire certains mots, mais c’est un outil que j’aime beaucoup utiliser. Le site contient plein d’autres générateurs à la fois utiles et amusants, n’hésitez pas à l’explorer !

Astuces

  • Vous n’êtes pas obligés de créer vos fiches de bout en bout avant de commencer votre histoire : vous pouvez aussi les créer et la compléter au fil du temps.
  • Pour les personnages secondaires, c’est encore plus vrai. Leur fiche peut se contenter d’être un doc de quelques lignes. Par exemple : “Aïna Leith, rousse aux yeux verts, très grande et plutôt maigre, roule les “R” et collectionne les os d’animaux.” Juste de quoi éviter de confondre les personnages ou de se contredire.
  • Il est utile de connaître la taille des personnages pour faire une BD : N’hésitez pas à faire une frise représentant les personnages côte à côte ! ça vous aidera à voir comment ils se situent les uns par rapport aux autres de manière plus concrète qu’un nombre sur une fiche de personnage.
Exemple de frise de personnages, pour visualiser leur taille au moment de faire une BD
Exemple de frise de personnages, pour visualiser leur taille au moment de faire une BD

QUOI : Le scénario

Le scénario est notre premier outil d’écriture, et il vaut mieux le rédiger et le corriger plutôt qu’espérer s’en souvenir de tête et partir le nez au vent. Un résumé détaillé vous permettra d’avoir une vue d’ensemble et de mieux vous organiser. Il peut aider, par exemple à :

  • Vous souvenir quel événements vous voulez amener
  • Vérifier l’enchainement des scènes
  • Modifier un élément de l’histoire déjà écrite en vérifiant que ça n’a pas d’impact sur ce qui se passe avant.
  • Savoir ou vous en êtes de votre projet et estimer le temps dont vous aurez besoin pour terminer votre histoire.

Si vous voulez plus de conseils pour organiser votre scénario, vous pouvez aller voir les articles faire son scénario en 10 étapes et faire une BD avec la méthode flocon.

schéma sur le fonctionnement de la méthode flocon, un système pour organiser ses informations et écrire son scénario.
S’organiser pour mieux créer ! De nombreuses techniques existent pour écrire son scénario, comme la méthode flocon.

QUAND : Les frises chronologiques

Qu’elles concernent un enchainement d’événements, le passé d’un personnage ou l’histoire d’un pays, il y a de bonnes chances de devoir utiliser une ou plusieurs frises chronologiques pour organiser les informations de votre histoire. Elles peuvent être simples ou très détaillés, l’important est qu’elles fixent vos dates pour pouvoir garder le rythme et ne pas passer à côté d’incohérences bêtes.

D’expérience, même si ça prend du temps à préparer, avoir une chronologie de l’histoire permet de gagner du temps dans l’écriture, quand vous avez besoin d’une date, d’une durée… et c’est encore plus vrai si vous avez une histoire non linéaire, ou différents événements qui se déroulent en parallèle. Pas besoin de se demander si c’est cohérent au moment de l’écrire, il suffit de regarder ce qui existe, de noter la date ou de compter les jours. Et ça, c’est quand même bien pratique !

Exemple de frise chronologique réalisée sous excel.

Astuces

  • Commencez votre frise chronologique dès que vous sentez que vous commencez à vous poser des questions sur la chronologie. Cela vous donnera une base pour la suite et vous permettra peut-être d’éviter des incohérences avant de réaliser votre projet.
  • N’hésitez pas à noter les éléments et durées qui peuvent être important selon votre histoire : cela peut vous éviter des os qui se ressoudent en 3 jours, des trajets aux durées aléatoires, ou deux pleines lunes en une semaine sur un projet avec des loups-garous.
Garder une cohérence en préparant la bible de son projet. Image par Patou Ricard de Pixabay
  • Pour certains projet (par exemple, une histoire se passant au lycée) cela peut être pratique de faire un emploi du temps pour ne pas se contredire tous les 2 chapitres. C’est aussi valable pour d’autres lieux, comme des magasins ou travailleraient les personnages (qui ont des jours de fermetures) ou les lieux de fête.
  • Les frises doivent être adaptées d’un projet à l’autre, selon les besoins de l’histoire. J’ai des frises chronologiques qui courent sur plusieurs années et d’autres où je note jour par jour… j’ai même déjà fait une chronologie minute par minute pour une scène particulière !

OÙ : Cartes et plans

Se repérer dans le temps, c’est bien, se repérer aussi dans l’espace, c’est mieux ! Selon votre projet, vous pourriez avoir besoin d’un plan du pays, de la ville, du lycée, etc.. Si vos personnages traversent le pays dans un quête initiatique, il vaut mieux savoir où ils vont, et combien de temps ça va leur prendre. C’est aussi l’occasion de développer l’univers et d’imaginer un peu le monde dans lequel ils évoluent.

à d’autres moments, le simple fait de gribouiller des rues sur un bout de papier peut vous aider à y voir plus clair, et le plan d’une pièce peut vous aider à chorégraphier un combat… Bref, n’hésitez pas à faire des plans pour mieux poser l’action ! C’est une technique qui m’a aidée plus d’une fois pour écrire des scènes difficiles. Vous pouvez même y ajouter des “pions” (ça peut être de simples bouts de papier) pour situer les personnages au fur et à mesure.

Exemples de cartes et de plans contenus dans la bible de projet de Bras de fer, gant de velours.

L’essentiel n’est pas de faire un beau document, le tout est de s’en servir ! Ne perdez pas de vue que c’est un outil de travail : il vaut mieux une carte moche qui existe et dont vous vous servez vraiment qu’une carte magnifique à laquelle vous n’osez pas toucher, ou pire, une carte magnifique que vous avez eu la flemme de dessiner. Un document “brouillon” se modifie plus facilement et pourra évoluer avec votre projet.

Astuces

  • Si vous manquez d’inspiration pour des lieux, n’hésitez pas à faire des plans en vous basant sur des endroits que vous connaissez, comme votre école ou l’appartement de votre tante. Cela vous aidera à varier par rapport à l’idée que vous auriez eu spontanément.
  • Si vous écrivez une histoire qui se passe dans notre monde, n’hésitez pas à utiliser Google Maps pour explorer via Google street. Vous pouvez même créer votre propre carte pour y ajouter des repères.

OÙ : Univers imaginaires

Si vous écrivez un projet de science-fiction ou de fantasy, vous aurez tout un univers à développer. Votre bible de projet contiendra sans doute beaucoup d’informations, comme :

  • La logique de l’univers (points communs avec le notre et différences : magie, règles physiques, etc.)
  • Histoire de l’univers (chronologie ou récit plus détaillé)
  • Cartes du monde, des villes, etc.
  • Faune et flore
  • Organisation sociale
  • Technologies et mode de vie
  • Culture, arts et religion
  • Etc.

Créez autant de catégories que nécessaire et prenez le temps de construire votre univers petit à petit, en vérifiant que les éléments sont cohérents entre eux.

Attention, créer un univers, ça peut être passionnant, mais n’oubliez pas que le but est avant tout d’y raconter une histoire ! Ne tombez pas dans le piège de mettre plus d’énergie dans la conception de votre Bible de projet que dans l’histoire elle-même, sinon, vous finirez par vous dire que vous auriez mieux fait de créer un manuel de jeu de rôle plutôt qu’une BD sur votre univers.

Drafty a l'air désespéré... ne faites pas comme lui et ne vous laissez pas déborder par votre bible de projet au point de perdre plaisir à travailler sur votre histoire !
Ne vous laissez pas déborder par votre bible de projet au point de perdre plaisir à travailler sur votre histoire !

COMMENT : Recherches et sources d’inspiration

Au moment de créer votre histoire, vous vous poserez sûrement plein de questions improbables. Vous aurez parfois besoin de faire des recherches, et je vous conseille de ne pas négliger cette étape !

Ça peut aller aux sources d’inspiration visuelles pour créer un moodboard à des informations aussi précises que la vitesse de croisière d’une péniche ou le temps durant lequel une personne en manque d’oxygène peut survivre sans séquelles. Ces petits détails pourront vous guider dans votre histoire, mais aussi éviter aux gens d’avoir un sursaut de lucidité et de sortir de l’histoire à coup de “mais c’est pas possible !”

QUOI ?

(Bien sûr, tout dépend du genre dans lequel vous écrivez. Si vous racontez une histoire de chats-donuts dans un univers post-apocalyptique, on n’attendra pas autant de rigueur que si vous faites une BD sur un événement historique.)

Même (et surtout) si vous partez sur une histoire dans un monde imaginaire, n’hésitez pas à vous documenter pour créer votre univers. Vous inspirer d’éléments réels comme la géologie, des espèces d’animaux et de plantes improbables ou des découvertes scientifiques peut à la fois vous inspirer et vous aider à rendre votre univers plus tangible et crédible. Notre planète est incroyable et vous découvrirez des choses que vous n’auriez jamais imaginées !

Exemple d'animal improbable avec une limace de mer.  (Image par Arhnue Tan de Pixabay)
Par exemple, on en parle, de cette limace de mer ? On dirait un Pokemon ! (Image par Arhnue Tan de Pixabay)

Astuces

  • Vous connaissez des gens qui travaillent dans un domaine qui pourrait vous être utile ? N’hésitez pas à leur demander d’en parler (en choisissant votre moment, bien sûr). Les gens aiment qu’on s’intéressent à ce qu’ils font ou ce qui les passionne, et vous découvrirez un “vécu” que vous ne trouverez pas dans des articles plus formels.
  • En peinant à trouver ce que vous chercherez, vous apprendrez plein d’autres choses “inutiles”. Ne soyez pas amers et n’oubliez pas que ces informations sont autant de connaissances sur lesquelles vous pourrez vous appuyer pour glisser des détails ou construire une ambiance plus crédible !
  • N’oubliez pas de noter vos sources ! (URL des sites ou références des livres) Retrouver un site web déniché au bout d’une heure d’errance sur internet est parfois une cause perdue…
  • N’oubliez pas qu’internet n’est pas gravé dans le marbre. Les sites et images peuvent disparaître, alors si vous voulez vraiment conserver un contenu, enregistrez-le sur votre ordinateur.
Photos de recherches sur les costumes et les livres qui m'ont inspirée.

POURQUOI : Thèmes et motivations

Cela vous est peut-être déjà arrivé de lire une histoire ou de voir un film, puis d’arriver à la fin en vous disant “mouais… c’était sympa, et en même temps, j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps.” Certains diront que le but d’une histoire est de distraire, personnellement, je pense aussi que c’est un moyen d’apprendre et de grandir. Une histoire qui ne porte aucun message, ou les personnages n’apprennent rien, ne changent pas, peut laisser un goût amer.

Alors, prenez le temps de réfléchir au “Pourquoi” de votre histoire. Sans être une grosse section de votre bible de projet ou porter un message très profond, c’est un point à ne pas perdre de vue : pourquoi vous voulez raconter cette histoire ? Pourquoi le héros se bat ? Quels sont les thèmes qui se cachent derrière l’intrigue ? Qu’est-ce qui vous fait vibrer, qu’est-ce que vous avez envie de partager ?

Garder ces buts en tête vous aidera à donner du sens à votre histoire et de la cohérence, en vous aidant à garder le cap vers un objectif. Ils vous aideront aussi à vous remotiver en vous rappelant pourquoi vous avez voulu faire cette histoire quand vous traverserez des moments difficiles.

Ne pas oublier le "Pourquoi" dans vote bible de projet, pour trouver ce qui vous fera dire "ça prendra le temps que ça prendra mais je finirai cette histoire".

Conclusion

Faire une bible de projet n’a pas trop de sens pour une BD de 5 pages, mais si vous vous lancez dans une histoire longue, ça deviendra vite un outil d’écriture indispensable, surtout si vous voulez travailler en équipe sur un projet.

Si je vous ai présenté les éléments que vous pouvez mettre dans une bible de projet, ce n’est pas pour que vous remplissiez absolument tous les points dont j’ai parlé. Il s’agit de votre histoire, votre univers, et vous saurez mieux que personne de quels outils d’écriture vous aurez réellement besoin. Libre à vous d’avoir des fiches de personnages de deux pages ou deux lignes, des cartes chiadées ou des plans griffonnés sur un coin de carnet. L’important, c’est que ça marche !

La seule chose importante (et parfois difficile) c’est de réussir à savoir quand on a besoin de s’arrêter pour travailler sur sa bible de projet.

Vous avez une information dont vous savez déjà qu’elle resservira ? Notez-la directement dans votre fiche de personnage ou un autre document plus adapté. Vous êtes perdus dans l’organisation de votre ville, ou vous ne savez pas comment décrire un lieu ? C’est peut-être le moment de s’arrêter pour faire un plan qui vous débloquera pour la suite et vous resservira souvent.

Même si ça peut parfois être frustrant, l’expérience vous montrera que s’arrêter pour organiser les informations au fur et à mesure vous fera gagner du temps sur le long terme ! Et dans le prochain article, je vous partagerai des outils d’écriture, logiciels et astuces pour vous aider à faire votre bible de projet.

Et vous, avez-vous une bible de projet ? À quoi ressemble-t-elle ?

Avatar of Astate
Astatehttps://astate.portfoliobox.net/
Autrice sadique et buveuse de thé invétérée, je fais de la BD aussi bien que du roman illustré, et j'accorde beaucoup d'importance aux petits détails ! Peu importe le genre, je cherche avant tout les émotions et les questionnements des personnages. J'aime que les choses soient bien faites, donc je partagerai ici des conseils techniques de création de BD et d'auto-édition pour avoir des livres au poil !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Aller plus loin

Nous vous donnons les outils pour booster votre motivation ! Chaque semaine, suivez notre planning de coaching.

Articles similaires